Une mise en perspective du concours "Math"
    Sylviane Gastaldo (1988), directrice de l’Ensae.
Fermer la fenêtre
     
 
Cliquez ici pour imprimer votre carte de score
Imprimer cet article
 
     
 
La nouvelle formule du concours pour la voie « Mathématiques » entraîne une sélectivité moindre à l’écrit comme à l’oral. Sans surprise, le nombre de candidats au concours de l’Ensae a fortement augmenté, sans que cela ne change significativement la proportion de femmes ou de 5/2 inscrits. De même, le nombre d’admissibles et de classés a fortement progressé.

Le changement le plus notable est la diminution de la proportion de 5/2 intégrant l’Ensae. Elle s’explique d’une part par un phénomène général d’intégration en 3/2, mais surtout par le fait que le mode de classement du concours commun Mines-Ponts accorde un bonus de quelques points aux 3/2, alors que le concours antérieur de l’ENSAE ne comportait aucune mesure de discrimination positive à leur égard.


Une moindre préférence collective apparente pour l’Ensae

Pendant la période 2000-2003, les candidats préféraient toujours l’Ecole Polytechnique à l’Ensae. Ils préféraient aussi en général l’Ecole Centrale de Paris, Supélec Paris, les Mines de Paris, les Ponts, Télécom Paris et les ENS de Cachan et Lyon à l’Ensae.
A l’inverse, les étudiants préféraient généralement l’Ensae à Sup’Aéro, l’ENSTA, Centrale en province, Supélec en province, Télécom en province, les Mines en province ou des formations rémunérées de fonctionnaire aux TPE ou l’ENAC.

En 2004, le quadruplement des candidats a fait baisser le classement relatif de l’Ensae pour la plupart des écoles, à l’exception notable des écoles normales et de TPE. Finalement, le fait de faciliter l’inscription au concours de l’Ensae (plus d’épreuve spécifique) a « dilué » les candidats ayant un fort intérêt pour l’Ensae parmi des candidats moins intéressés.


Davantage d’admis, mieux classés sur le concours commun Mines-Ponts

Par un patient travail de reconstitution de fichiers, il a été possible de repérer les classements au concours commun Mines-Ponts des étudiants entrés à l’Ensae en 2000, 2001 et 2002. Le garphique ci-contre décrit de manière synthétique l’évolution au fil des ans du nombre d’étudiants entrés à l’Enase en fonction de leur classement aux Mines-Ponts.

En 2000, l’Ensae a recruté 27 étudiants parmi les étudiants ayant un classement au concours Mines-Ponts inférieur à 1000. Ils n’étaient plus que 19 en 2001 et 15 en 2001. En 2004, ils étaient 31.

De 2000 à 2002, le nombre d’étudiants classés aux Mines-Ponts était en décroissance (les intégrés à l’Ensae étaient pour une part non admissibles aux Mines Ponts).

En 2004, davantage d’étudiants ont été recrutés, et le dernier entré était mieux classé que le moins bien classé des années précédentes.





 
     
 
 
© ensae.org