Retour au numéro
Partager sur :
Vue 28 fois
10 avril 2005

Les brèves de l'Ecole

L’Ensae associée à ParisTech - Paris Institute of Technology

"So you graduated from ENSAE, well, what University is this ?" - nombreux sont ceux qui ont dû affronter la méconnaissance hors de nos frontières d'un système d'enseignement spécifique et dont ils auraient souhaité que leur interlocuteur perçoive la juste valeur ... Mais comment une école forte de 200 diplômés chaque année, si brillants soient-ils, peut-elle rivaliser en termes de notoriété avec des universités qui forment plusieurs milliers d'étudiants chaque année ?

La globalisation s'est étendue jusqu'au secteur de l'éducation, et à l'enseignement supérieur en particulier, et les principaux acteurs, universités américaines en tête, se livrent à une véritable conquête d'un marché global en communiquant et en s'implantant partout dans le monde.
La course à la taille critique devient une priorité qu'il faut parvenir pour les Grandes Ecoles à assumer sans dénaturer un système qui conduit, même si elle ne suffit plus, à une certaine excellence scientifique.

C'est la raison pour laquelle les principales grande écoles d'ingénieur parisiennes ont fondé ParisTech, afin de mutualiser leur développement à l'international et promouvoir de concert leur notoriété. Ses fondateurs sont l'Ecole polytechnique, l'ENSTA, l'Ecole des mines de Paris, l'Ecole des ponts et chaussées, l'ESPCI, l'ENGREF, l'ENSCP, l'INA Paris-Grigon, l'ENSAM auxquelles l’Ensae s’est associée. Le modèle en la matière est constitué d'universités telles Harvard, le MIT, Stanford ou Cambridge, qui ont en commun d'accorder une grande importance à la recherche fondamentale et appliquée, d'offrir une large variété de spécialisations ou de bouquets multi-disciplinaires, et d'entretenir des liens étroits avec le secteur économique à travers l'incubation de jeunes pousses ou la recherche contractuelle. La coloration anglo-saxonne marquée des attributions de prix Nobel ou des principales publications scientifiques souligne cette forte notoriété.

Pour surmonter ses handicaps (dispersion des formations en petites structures concurrentes, déficit de notoriété en partie expliqué par la barrière de la langue, et moyens financiers plus réduits) les Grandes Ecoles ont choisi de s'appuyer en premier lieu sur leurs étudiants, recrutés par des concours très sélectifs, et sur une approche originale de l'éducation scientifique, s'appuyant sur un socle théorique peut-être plus solide qu'ailleurs pour
appréhender les avancées technologiques les plus pointues, que ce soit dans les domaines industriels ou même économiques et financiers.

La vision stratégique de ParisTech s'articule actuellement entre une valorisation de la recherche menée par ses membres, ce qui pourrait impliquer de rationaliser les laboratoires en regroupant géographiquement ceux contribuant à des domaines similaires, et un approfondissement des synergies entre les formations, ce qui pourrait conduire à spécialiser chaque formation à une école particulière. Gageons que dans un tel contexte l'Ensae saura acquérir l'essentiel des formations en finance et actuariat, mais aussi en statistique et pourquoi pas dans certains domaines économiques ?

L'effort de communication et de promotion de la notoriété de ParisTech a d'ores-et-déjà commencé à porter ses fruits en Chine, grâce au partenariat lancé dès 1999 avec l'université Tongji de Shangaï et la création du Centre Franco-Chinois pour la Science, la Technologie et l'Innovation, et sera intensifié en particulier en direction de l'Amérique latine et des pays d'Europe centrale. La recherche des Ecoles est valorisée aussi bien par le projet PASTEL, qui permet un accès direct à 500 nouvelles thèses scientifiques chaque année (pastel.paristech.org), que par l'incubateur Agoranov, qui a participé en partenariat avec Paris 6, Pais 9 et Ulm à la création d'un cinquantaine d'entreprises innovantes depuis 2000. La formation dans les Grandes Ecoles sera promue par le projet "Graduate School ParisTech" qui proposera un accès en ligne organisé, facile d'accès et multi-lingue à un vaste catalogue de matériel pédagogique reflétant les principales formations dispensées, sur le modèle de ce que propose le MIT, tandis qu'un programme commun de "Master ParisTech" permettra bientôt aux étudiants de composer un bouquet de compétences sur la base des spécialités de chaque Ecole membre.

Forte de sa spécificité l'Ensae saura n'en doutons pas attirer les meilleurs étudiants dans les domaines qui ont fait sa réputation dans les milieux avertis, tant en économie qu'en statistique et en finance, et peut-être parviendra-t-elle même accroître sa notoriété auprès d'un plus large public.

Guillaume Lacôte (2002)

========================================

Une nouvelle directrice, Sylviane Gastaldo (1988)

Sylviane Gastaldo a remplacé Stéfan Lollivier à la direction de l’Ecole, Stéfan Lollivier étant nommé directeur de la direction des statistiques démographiques et sociales de l'Insee.

Sylviane Gastaldo connaît bien l’Ecole puisque, jeune diplômée, elle y reste comme assistante d'enseignement en économie à partir de 1988. Après trois ans comme chargée d'études économiques sur l'environnement au département des études économiques d'ensemble de l'Insee, elle revient à l’Ecole comme directrice des études de 1994 à 1998. En 1998, elle devient chef du bureau agriculture et environnement au sein de la Direction de la prévision puis, en 2000, elle est chargée de créer la sous-direction environnement, régulations économiques et développement durable de la nouvelle Direction des études économiques et de l'évaluation environnementale au ministère de l'Ecologie et du Développement durable.

========================================

Un nouveau directeur des études, Philippe Février (1998)

Nouvelle directrice, nouveau directeur des études, parité respectée. A sa sortie de l’Ecole, Philippe Février, administrateur de l’Insee, prend un poste de chercheur au Crest. En 2000, il rejoint l’unité de méthodologie statistique, où il s’occupe des questions méthodologiques posées par la mise en place de l’enquête emploi en continu. Toujours associé au Crest, il poursuit en parallèle une thèse sur les « enchères multi-unités : une approche théorique, empirique et expérimentale », sous la direction de Bernard Salanié, qui obtient en 2003, le prix de thèse de l’Association française de sciences économiques. « La grenouille qui se peut faire plus grosse que le boeuf ».

========================================

Débattre dans toutes les langues

Depuis de nombreuses années, les élèves de quelques écoles parisiennes se rencontrent chaque année pour des duels de joutes oratoiresen langue anglaise à l’image des débats de Westminster : le Debating.
Chaque équipe, de cinq élèves chacune, représentant respectivement le gouvernement et l’opposition, se dispute sur une motion, où la mauvaise foi et l’humour doivent rivaliser avec la maîtrise de la langue.
Initialement organisé entre l’ENA, l’ENSAE, et les écoles qu’il faut faire avant, Science Po et Polytechnique. Le cercle s’est élargi depuis à HEC, les Ponts, Centrale et Télécom Paris.
Malgré un beau palmarès, cette année encore ne verra pas la victoire de l’Ecole, battue par Polytechnique en quart de finale, sur une question d’âge. La motion : « youth is the best time of life ».

Pour plus d’informations : french.debating.asso.free.fr

Depuis peu, une version dans la langue de Goethe a vu le jour, occasion de féliciter avec retard, l’équipe de l’Ensae qui a remporté l’an dernier la finale face à l’ENA en s’opposant à la motion : « Es ist immer gut zu reden ».
Les vainqueurs se sont vus offrir un séjour en Allemagne par l'Office franco-allemand de la jeunesse (OFAJ) et des ouvrages de la part de l'ambassade d'Allemagne à Paris.

========================================

Les Dieux de la Stats !

Si vous avez participé à l’assemblée générale de l’an dernier, vous le savez déjà, les élèves de l'Ensae ont édité un calendrier au profit d'une association de lutte contre la trisomie 21 : l'AFRT.
L’année est bien entamée mais il n’est jamais trop tard pour donner, ni pour profiter des photos. Le prix unitaire est de 5€.
Pour en acheter, écrire à leur adresse : dieux_de_la_stat@ensae.org

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.