Retour au numéro
Partager sur :
Vue 55 fois
17 avril 2007

Dans les rayons

Le choix bayésien : Principes et pratique,
Christian Robert (1985). Springer.

Cet ouvrage couvre l'approche dite bayésienne de l'inférence statistique et en particulier ses aspects décisionnels. Les bases de cette axiomatique (choix de l'a priori, décisions optimales, tests et régions de confiance) sont abordées en détail, ainsi que des ouvertures plus récentes de l'analyse bayésienne comme le choix de modèles, l'utilisation de méthodes numériques stochastiques d'approximation (MCMC), la théorie des lois non informatives (axiomes de Berger-Bernardo) et la relation à la théorie classique de l'admissibilité. Chaque chapitre est complété par une suite extensive d'exercices de difficulté croissante et par des notes bibliographiques sur les thèmes abordés.

Ce livre peut être utilisé dans un programme de Master en Mathématiques appliquées, en Biométrie, en Économétrie ou dans tout autre programme faisant appel aux techniques quantitatives de traitement de l'information. Il ne nécessite comme préliminaire qu'un cours de base en théorie des probabilités et en statistique mathématique. Il peut également être utilisé par des étudiants en thèse ou des chercheurs confirmés en quête d'une méthodologie statistique efficace pour l'analyse de leur(s) modèle(s). La version anglaise de cet ouvrage, The Bayesian Choice, a été publiée en 2001 par Springer New York.

L’auteur a obtenu le Prix DeGroot 2004 décerné par l'International Society for Bayesian Analysis. Le comité de sélection a estimé que : « Le livre de Christian Robert établit un nouveau standard moderne de livre de référence sur le thème des méthodes bayésiennes, en particulier celles utilisant les techniques MCMC, ce qui place l’auteur en digne successeur des écrits de DeGroot et Berger ».

-----------------------------------------------------------
La société française. Pesanteurs et mutations : le bilan,
Yannick Lemel (1968), Olivier Galland. Editions Armand Colin.

Rien ne bouge ou tout se transforme. Les analyses de la société française oscillent souvent entre ces deux positions extrêmes. Bien peu d'entre elles, pourtant, se livrent à l'examen des évolutions en cours en prenant le soin de fonder le diagnostic sur des indicateurs fiables. C'est à cet exercice que s'emploie cet ouvrage en rassemblant, de manière organisée et systématique, les analyses sociologiques des mutations de la société française.

La stratification sociale, la dynamique familiale, la sociabilité, les métamorphoses des systèmes éducatif et productif, le rôle de l'Etat-providence, les transformations idéologiques, les mouvements et les conflits sociaux, les déviances : dans chacun des domaines étudiés, les auteurs présentent un bilan des évolutions et de la situation actuelle, le plus souvent possible assorti de données d'enquêtes et d'une synthèse des interprétations sociologiques.

Au terme de ce vaste tour d'horizon, il apparaît que la balance du changement et des permanences est relativement équilibrée et se partage en deux domaines distincts : le changement l'emporte nettement dans les mœurs gagnées par la montée irrépressible de l'individualisme, c'est-à-dire du souci de plus en plus affirmé des personnes d'être totalement libres de leurs choix ; mais les institutions qui encadrent les Français ont vu finalement leur organisation assez faiblement modifiée au regard de la profonde transformation des attitudes individuelles. Peut-être faut-il voir dans cette contradiction entre la demande croissante d'autonomie et la permanence de structures assez rigides une des causes du malaise français.

Destiné à tous ceux qui souhaitent disposer d'une vision synthétique des changements du pays, cet ouvrage, écrit par quelques-uns des meilleurs spécialistes français, devrait aussi aider aux réflexions sur la démarche sociologique elle-même en offrant un panorama de ses applications sur un cas concret, celui de la société française.

-----------------------------------------------------------
Yannick Lemel, est Directeur du Laboratoire de Sociologie Quantitative du CREST-INSEE.

La résolution des crises dans les pays émergents,
Patrick Artus (1975). Economica

Le débat sur la situation des pays émergents s'est déplacé dans la période récente de la détermination des causes des crises des émergents à l'analyse des politiques efficaces dans la résolution des crises. Ceci inclut des sujets controversés : le rôle du FMI et des prêteurs privés, les modalités de restructuration des dettes des pays émergents, l'efficacité ou non de la conditionnalité dans l'octroi des aides du FMI. L'approche retenue dans le livre mêle l'observation des faits, le suivi des débats en cours sur ces sujets et l'analyse théorique. Pas relu

Patrick Artus est Directeur des Etudes Economiques de IXIS CIB, Professeur associé à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Professeur à l'Ecole Polytechnique ; membre du Conseil d'Analyse Economique auprès du Premier ministre.

-----------------------------------------------------------
Les techniques de sondage,
Pascal Ardilly (1986). Editions TECHNIP

Le recueil d'information par sondage dans une population est une pratique courante. Cet ouvrage de référence expose les fondements mathématiques et méthodologiques des enquêtes par sondage et fournit un cadre théorique pour mesurer leurs performances. Il présente des développements sur les méthodes d'échantillonnage, sur les techniques d'estimation et de redressement et des éléments permettant de calculer la précision des résultats obtenus.

Comme, dans le domaine de la statistique, les sondages forment une discipline encore jeune ayant connu un développement important ces dernières années, cette seconde édition a été largement actualisée et augmentée (250 pages supplémentaires). Elle intègre notamment les progrès réalisés autour de l'échantillonnage équilibré, du sondage indirect, du calage généralisé, du traitement de la non-réponse, des enquêtes répétées dans le temps, de l'estimation de variance dans les plans complexes, des enquêtes sur petits domaines, etc.

Doté d'une ossature théorique forte, le livre (680 pages) met également l'accent sur l'interprétation des principaux résultats de la théorie des sondages. Il justifie la pratique du terrain au travers de ces résultats, grâce notamment à la présentation de cas d'application. Sa progressivité le rend accessible aux non-spécialistes possédant des connaissances élémentaires en statistique descriptive et en statistique mathématique : étudiants, professionnels de la statistique, utilisateurs de résultats d'enquêtes ainsi qu'à toute personne souhaitant acquérir les techniques de base pour concevoir et réaliser des enquêtes par sondage.

Pascal Ardilly est administrateur de l'INSEE, chef de la division échantillonnage et traitement statistique des données à l'Unité de Méthodes Statistiques.

-----------------------------------------------------------
Le bonheur du voyage – Ethique, action, projets pour relancer l'Europe,
Philippe Herzog (1964). Le Manuscrit

Dans cet essai politique, Philippe Herzog invite les Français et les autres Européens à consentir un examen de conscience. L'Union ne doit pas être l'alibi de nos carences alors que s'imposent de grandes réformes du régime social et de l'Etat. Nous devons apprendre à rencontrer les autres pour redonner des couleurs à la France et à l'Europe.

L'auteur livre des perspectives précises pour l'Europe : un projet original de développement économique et social, une démocratie plurinationale fondée sur la participation. Le caractère le plus insolite de la démarche ici proposée est l'appel aux ressorts de chacun pour aller vers une éthique de responsabilité tournée vers l'altérité. Notre utopie, c'est une société des Européens, exemplaire dans la mondialisation, qui éprouve le bonheur du voyage.

Cet essai est nourri des travaux de l'association Confrontations Europe que préside Philippe Herzog. Ancien député européen et professeur d'université, il est aussi membre du Conseil d'analyse économique auprès du Premier ministre. Dans ce numéro, une interview-débat autour de cet ouvrage (voir rubrique Tribune)

-----------------------------------------------------------
Economie du risque pays,
Nicolas Meunier (1990), Tatiana Sollogloub. La Découverte

Comment un investisseur ou un banquier peuvent-ils analyser leurs risques dans un pays émergent ? Quelles sont les fragilités macro-économiques susceptibles d’affecter la rentabilité d’une opération ? Le risque pays propose une méthode de diagnostic et une sélection des indicateurs les plus pertinents pour identifier les vulnérabilités d’une économie. Il permet de classer les pays selon l’intensité de leurs risques, ou encore de tester la vulnérabilité d’un portefeuille d’engagements en fonction de différents scénarios. Ce type d’analyse est désormais incontournable dès qu’il s’agit d’opérer dans un pays émergent, ce qui est de plus en plus fréquent. Ce livre est la première synthèse réalisée sur le risque pays. Il est le fruit de quinze ans d’expérience de terrain.

Nicolas Meunier est économiste. Il a travaillé pour différentes institutions financières, banques et administrations, actuellement en poste chez Crédit Agricole SA. Tania Sollogoub est économiste. Elle a travaillé dans des services d'études de grandes banques internationales, elle est maître de conférences à l’IEP de Paris.

-----------------------------------------------------------
La Nouvelle Critique sociale,
Eric Maurin (1986), Pierre Rosanvallon, Thierry Pech et Pierre Veltz. Le Seuil

La société française a profondément changé depuis la fin des Trente Glorieuses, mais tout se passe comme si elle ne le savait pas encore. Elle en distingue sourdement les symptômes et en éprouve les manifestations les plus douloureuses (chômage, exclusion, insécurité sociale, ségrégation territoriale, sentiments de déclassement...). Mais elle peine à se représenter clairement les causes et les ressorts de ce bouleversement. Et, faute de se comprendre elle-même, elle manque des ressources nécessaires pour retrouver le goût de l'avenir et se gouverner collectivement de manière efficace. D'où l'urgence de fonder une " nouvelle critique sociale " pour donner à voir les antagonismes qui la structurent et lui rendre la force et la capacité d'évoluer.

-----------------------------------------------------------
Emeutes urbaines et protestations,
François Meunier (1977), Hugues Lagrange, Marco Oberti (dir), Jean-Claude Driant et al.
Presses de Sciences-Po

A quelques mois d'intervalle, les émeutes de novembre et les mouvements étudiants ont imposé les questions de ségrégation, de précarité, de déclassement mais aussi d'inégalités intergénérationnelles au cœur du débat social. Les lieux et les acteurs révèlent les dynamiques en jeu.

Derrière les tensions croissantes entre les jeunes des quartiers populaires et la police, l'ampleur des mouvements questionne le " modèle français d'intégration " et la manière de gouverner. Peut-on saisir la portée de ces événements sans prendre en compte la relégation dans les quartiers les plus pauvres et l'auto-ségrégation dans les plus riches ? Comment ignorer les discriminations ethniques et le déficit de représentation politique des fractions issues de l'immigration ? Comment ne pas voir que les différences de contextes scolaires - programmes, options, valeurs des diplômes, etc. - contribuent à renforcer un sentiment d'injustice ? Au-delà du constat, les auteurs proposent des orientations en faveur de nouvelles solidarités et défendent une conception de la ville comme espace d'intégration et de mixité sociale.

Ont contribué à cet ouvrage, sous la direction de Hugues Lagrange et Marco Oberti : Jean-Claude Driant, Fabien Jobard, Nathalie Kakpo, Christine Lelévrier et François Meunier.

François Meunier est économiste, directeur financier de la Coface, et enseigne à l'ENSAE (Ecole Nationale de la Statistique et de l'Administration Economique).

-----------------------------------------------------------
Ce que je sais d'elle,
Béatrice HAMMER (1985). Arléa

Tout laisser d'un seul coup. C'est une idée intéressante...
Une femme a disparu. Elle laisse derrière elle un mari, deux enfants, des collègues de travail, des voisins, des amis... Que faire, que penser lorsque, tout à coup, la personne que vous croyiez connaître vous fait défaut ? A-t-elle refait sa vie ailleurs ? Est-elle morte ?

Chacun répond à sa manière à ces multiples interrogations et c'est ainsi que s'ébauche un magnifique portrait de femme tout en nuances, un itinéraire singulier, qui peut-être, nous mènera vers le début d'autre chose...

-----------------------------------------------------------
Environnement et Entreprises,
Alain Grandjean (1980), Dominique Bourg, Thierry Libaert. Village Mondial

"Les entreprises sont dans une situation paradoxale. Jamais elles n'ont autant pris conscience des limites de notre planète, de leurs impacts sur l'environnement, et jamais elles n'ont mené autant d'actions souvent fort coûteuses. Et pourtant, malgré des contraintes économiques et financières que je ne mésestime pas, je leur demande de faire plus, et même beaucoup plus.Car, et ce livre le démontre clairement, le temps n'est plus au doute, aux atermoiements entre spécialistes. (...)

L'environnement n'est pas une variable d'ajustement, c'est le facteur désormais central de notre développement économique. À chacun dans son entreprise, son organisation et sa vie quotidienne de prendre ses responsabilités." Nicolas Hulot.

Ce livre ne se contente pas de tirer la sonnette d'alarme. Écrit par trois fins spécialistes du développement durable et de l'entreprise, il fait état des dispositifs existants et des solutions d'avenir qui s'ouvrent pour "faire mieux avec moins".

-----------------------------------------------------------
Le plein s'il vous plait, la solution au problème de l'énergie,
Alain Grandjean (1980), Jean-Marc Jancovici. Le Seuil

Et si la hausse du prix du pétrole était le début d'une salutaire crise de désintoxication ? Et s'il fallait encourager cette hausse, voire l'accentuer ? Si l'énergie ne vaut rien - car elle est incroyablement sous-évaluée - c'est que ni l'épuisement des ressources en pétrole, ni le coût du changement climatique, ne sont inclus dans son prix. Par un surprenant tour de passe-passe, il s'avère que le PIB peut croître tandis que nous allons droit dans le mur. Nous vivons donc dans l'illusion d'une source d'énergie inépuisable et bon marché, illusion qui nous masque les catastrophes climatiques, économiques et politiques à venir. Il est temps pour chacun de nous de se montrer réaliste. Une taxe progressive et volontaire sur le pétrole profiterait non seulement à la nature, mais nous protégerait nous-mêmes, à commencer par les plus modestes, face aux mutations économiques à venir. Une idée forte et iconoclaste, pour un livre qui devrait inciter au débat.

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.