Retour au numéro
Partager sur :
Vue 65 fois
04 mai 2007

Dans les rayons

------LE PRIX DU LIVRE DU SENAT POUR ARTUS ----

Le Prix des Lecteurs du Livre d'Économie 2006, organisé par le Sénat, a été attribué cette année à Patrick Artus pour son livre paru aux Editions La Découverte : Comment nous avons ruiné nos enfants.

Le mouvement social qui a marqué le début de 2006 est révélateur d'une crise profonde : les nouvelles générations sont plongées dans un grand désarroi et leur soutien au système se délite progressivement.

Les jeunes de banlieues constatent qu'ils n'ont rien à en attendre, les étudiants que leurs diplômes ne leur garantissent pas l'emploi, les trentenaires que l'ascenseur social est en panne.

Tout se passe comme si la France avait sacrifié sa jeunesse pour préserver coûte que coûte son « modèle
social », lequel profite essentiellement aux babyboomers.
Comment en est-on arrivé là ?

----------------------------------------------------------

Analyse des risques alimentaires - Max Feinberg, Patrice Bertail (1987), Jessica Tressou (2002) et Philippe Verger

Le développement récent de l'analyse des risques dans le domaine alimentaire et la structuration de l'activité d'expertise sanitaire ont fait émerger un besoin de normes et de référentiels établis sur des bases scientifiques, avec l'objectif de connaître et prévoir les atteintes possibles à la santé. Bien identifier les risques alimentaires permet de les gérer au mieux et assurer la meilleure sécurité possible.

Cet ouvrage recense les méthodes et les méthodologies associées à l'analyse du risque dans le domaine agroalimentaire : élaboration des valeurs toxicologiques de référence et relations dose-réponse, évaluations statistiques des risques d'exposition, évaluation empirique des risques, évaluation des petits risques... La plupart des méthodes sont basées sur une extrapolation de l'animal à l'homme ou de la cellule à l'organisme entier, ainsi que sur des modèles mathématiques de simulation de la toxicité ou de l'exposition.

Ce livre s'attache également à démontrer comment l'évaluation sert à définir des normes sanitaires ou à identifier des groupes à risque. Dans une approche résolument pratique, les auteurs ont fait le choix d'insister sur l'évaluation quantitative du risque. L'équipe d'auteurs est composée de nutritionnistes, toxicologues, chimistes, biologistes, mathématiciens, économistes, sociologues. Cette diversité répond au besoin d'une approche transversale de l'analyse des risques dans le domaine agroalimentaire.

------------------------------------------------------------------------------

Bayesian Core : A Practical Approach to Computational Bayesian Statistics - Christian Robert (1985) et Jean-Michel Marin

The purpose of this book is to provide a self-contained entry to practical & computational Bayesian Statistics using generic examples from the most common models, for a class duration of about 7 blocks that roughly corresponds to 12 to 14 weeks of teaching (with 3 hours of lectures per week), depending on the intended level & the prerequisites imposed on the students. (That timing does not includes practice, i.e. programming labs, since those may have a variable duration also depending on the students' involvement & their programming abilities). The emphasis on practice is a strong feature of this book in that its primary audience is made of graduate students that need to use (Bayesian) statistics as a tool to analyse their experiments and/or datasets.

The book should also appeal to scientists in all fields, given the versatility of the Bayesian tools. It can also be used for a more classical Statistics audience when aiming at teaching a quick entry to Bayesian Statistics at the end of an undergraduate program for instance. (Obviously, it can supplement another textbook on Data Analysis at the graduate level.) The minimal prerequisites for this course are a mastering of basic Probability theory for discrete and continuous variables and of basic Statistics (MLE, sufficient statistics).

------------------------------------------------------------------------------

The Econometrics of Individual Risk: Credit, Insurance, and Marketing - Christian Gourerioux (1972)

The individual risks faced by banks, insurers, and marketers are less well understood than aggregate risks such as market-price changes. But the risks incurred or carried by individual people, companies, insurance policies, or credit agreements can be just as devastating as macroevents such as share-price fluctuations. A comprehensive introduction, The Econometrics of Individual Risk is the first book to provide a complete econometric methodology for quantifying and managing this underappreciated but important variety of risk. The book presents a course in the econometric theory of individual risk illustrated by empirical examples. And, unlike other texts, it is focused entirely on solving the actual individual risk problems businesses confront today.

Christian Gourieroux (1972) and Joann Jasiak emphasize the microeconometric aspect of risk analysis by extensively discussing practical problems such as retail credit scoring, credit card transaction dynamics, and profit maximization in promotional mailing. They address regulatory issues in sections on computing the minimum capital reserve for coverage of potential losses, and on the credit-risk measure CreditVar. The book will interest graduate students in economics, business, finance, and actuarial studies, as well as actuaries and financial analysts.

------------------------------------------------------------------------------

Communication et Médias - Evolution et Révolution - Catherine Grandcoing (1978)

L'ouvrage "Communication et Médias : évolution et révolution" traite de la communication publicitaire et des médias à l'aide d'un regard "grand angle" décryptant les effets croisés de l'évolution socioculturelle et de la révolution technologique numérique sur les communications publicitaire et médiatique.

Mutation socioculturelle, évolution de l'individu devenu aujourd'hui à tout moment aussi multi-facettes que multi-connecté, convergence des cultures médiatique et publicitaire, transversalité des contenus proposés par les différents médias, stratégies de communication publicitaire intégrée des annonceurs, explosion des NTIC, révolution web-technologique, convergence des métiers, enjeux économiques de l'avènement du numérique, exigence de l'individu devenu son propre éditeur, disparition des notions de temps et de distance, développement de l'hyper-mobilité, remise en cause de la notion de valeur marchande, … autant d'éléments qui bousculent la communication et l'inscrivent dans le champ plus large de l'hyper-communication.

L'auteure justifie la force et la richesse de cette transformation fonctionnelle et économique du secteur de la communication au sens large par l'extraordinaire mutation socioculturelle et psychologique des Français et non seulement par les possibilités technologiques offertes par le numérique. En insistant sur ce contexte psycho-sociologique, elle souligne la formidable et passionnante réalité nouvelle de la communication qui se dessine à l'aube du XXI° siècle.

Catherine Grandcoing (1978), psychologue, est conseil en stratégie, communication et médias, après de nombreuses années passées dans des groupes de communication. Elle est par ailleurs professeur associé au Conservatoire National des Arts et Métiers.

------------------------------------------------------------------------------

Pilotage technique d'un régime de rente viagère - Frédéric Planchet (1990), Pierre Thérond

Les régimes de retraite sont confrontés à une série de bouleversements impactant directement l'idée que l'on peut se faire de leur équilibre (ou de leur déséquilibre) : allongement continu de l'espérance de vie, modification des règles comptables (IFRS), évolutions sensibles à venir des règles prudentielles (projet européen Solvabilité 2), réforme des régimes obligatoires (Loi Fillon)...

Ces changements ont des conséquences directes sur les modèles utilisés pour mesurer la charge financière de ces régimes et en optimiser le financement.

Ce livre décrit l'ensemble des outils nécessaires à la refonte des modèles. II est illustré de nombreux exemples concrets. II s'adresse aux actuaires et économistes confrontés à ces problématiques et aux étudiants en actuariat.

Frédéric Planchet (1990) est professeur associé à l'Institut de Science Financière et d'Assurances (ISFA).

Pierre Thérond est chargé de cours en assurance à l'ISFA. Membres du laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière (SAF) de l'ISFA, les auteurs sont, par ailleurs, actuaires consultants au sein du Cabinet WINTER & Associés, dont Frédéric PLANCHET est Directeur Scientifique.

Frédéric Planchet a également publié ces derniers mois chez Economica, Modèles financiers en assurance, analyse de risques dynamique, ainsi que Les provisions techniques des contrats de prévoyance collective, avec Joël Winter et Gérard Naisse, et Modèles de durée avec Pierre Therond.

------------------------------------------------------------------------------

La fin des privilèges : Payer pour réformer - Jacques Delpla (1992), Charles Wyplosz

La France est-elle vraiment irréformable ? La cause serait entendue, au vu du nombre de réformes retirées ou édulcorées par les gouvernements sous la pression de la rue et des lobbies.

Face au blocage, trois stratégies sont envisageables : le passage en force à la Thatcher, impossible en France ; un grand compromis social global, impossible en l'absence de coopération des partenaires sociaux ; le rachat des rentes et des avantages acquis en échange de grandes réformes.

C'est cette troisième voie que Jacques Delpla et Charles Wyplosz explorent ici en proposant la suppression des avantages acquis, dans l'apaisement. L'État devra, pour y parvenir, offrir à chaque perdant un paiement, solde de tout compte, qui compense le sacrifice exigé. Pour la première fois en France, deux économistes évaluent le coût financier de chacune de ces réformes. Leur conclusion est sans appel : pour réformer la France, il faut impérativement payer les rentiers.

Jacques Delpla (1992), économiste, est membre du Conseil d'analyse économique.
Charles Wyplosz est professeur d'économie à l'Institut universitaire de hautes études internationales à Genève.

------------------------------------------------------------------------------

L'éthique en friche - Dominique Vermersch (1987)

L'éthique en friche ? Tout laisse croire au contraire que réflexions et préconisations éthiques sont au cœur du Politique, de l'Economie et de la Biotechnique... au risque parfois de se laisser instrumentaliser.

Au travers de questions aussi diverses que le clonage animal, la mondialisation des échanges ou la préservation de la nature, l'auteur analyse comment le questionnement éthique s’impose face à une complicité croissante et redoutable entre progrès technique et déterminisme économique.
Loin de tout moralisme comme de tout relativisme, il nous invite à une réflexion rigoureuse au service de la liberté et de la responsabilité humaines.

------------------------------------------------------------------------------

Le grand méchant marché : décryptage d'un fantasme français - David Thesmar (1997) et Augustin Landier

Les Français sont allergiques au marché. Sondages d'opinion et paroles d'experts le confirment dans une belle unanimité : le capitalisme financier est vécu comme une source insupportable d'aliénation et d'inégalités, il détruit l'économie et la société. Ce sentiment de défiance crée un malaise profond chez nos compatriotes et les singularise dans le concert des nations.

Or, ce livre en fait l'éclatante démonstration, certains lieux communs du discours anti-capitaliste sont faux et doivent être dénoncés comme tels. Partout, le développement financier est un accélérateur de croissance. Les marchés n'induisent pas la myopie industrielle pour laquelle on les blâme, mais permettent au contraire le financement de projets de longue haleine. La finance n'est ni l'ennemie de l'emploi, ni celle de l'égalité si chère à nos concitoyens.
Pour décrypter la signification de ce malaise, un détour par l'histoire de notre pays s'impose. Contrairement à une idée répandue, la France n'était pas prédisposée à l'anti-libéralisme. C'est le succès mal interprété des Trente Glorieuses qui a nourri l'illusion qu'un "autre capitalisme " serait possible. Notre économie reste largement structurée par l'héritage de l'après-guerre. La libéralisation des années 1980, stoppée en rase campagne, a donné naissance à un capitalisme hybride et schizophrène : un patronat hésitant entre sa loyauté au pays, aux actionnaires ou aux salariés, des actionnaires en majorité étrangers et qui ne représentent pas une force politique. Pour rendre au capitalisme sa légitimité, il faut faire des Français les acteurs à part entière d'un capitalisme financier dont ils doivent être les premiers bénéficiaires.

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.