Retour au numéro
Partager sur :
Vue 14 fois
16 avril 2007

Dans les rayons

L'Economie Française 2005-2006, collectif dont Lemoine (2000), Mathieu (1975), Sterdyniak (1975), Timbeau (1991), La découverte.

Alors que l’économie française a connu en 2003 sa plus faible croissance depuis la récession de 1993 (0,9 % en moyenne annuelle), elle a retrouvé en 2004 une croissance de 2,1 %, rythme proche de la croissance de son potentiel de production. Dans quelle mesure cette reprise peut-elle être durable à l’horizon 2006 et comment expliquer sa faiblesse actuelle ? Y aurait-il une fatalité européenne rendant les phases de croissance toujours plus brèves et moins intenses en France et en Europe qu’aux États-Unis ? La protection des salariés est-elle devenue si excessive qu’elle compromet le fonctionnement efficace de l’économie de marché ? Ou alors, les orientations de politique économiques ont été malheureuses et le chômage, ainsi que la faible croissance ne sont que les résultats de choix peu judicieux ?

Cet ouvrage, dans une première partie, analyse l’économie française dans toutes ses composantes, en situant les années 2005 et 2006 dans les évolutions de longues périodes. La seconde partie propose des analyses plus approfondies de certains thèmes qui constituent des aspects majeurs des débats actuels. Existe-t-il une bulle immobilière en France ? Pourquoi la « Stratégie de Lisbonne » n’a-t-elle pas fonctionné ? Les inégalités homme-femme persistent-elles ? Après sa réforme, le Pacte de stabilité est-il satisfaisant ? Les politiques budgétaires européennes sont-elles efficaces ?

--------------------------------------------------------------
N'oubliez pas de vivre, Thibaut de Saint Pol (2003), Albin Michel

L'enfer des prépas. Travailler, exceller jusqu'à « oublier de vivre ». Apprendre à tout connaître et ne plus rien savoir. De soi ni des autres. Pensionnaire pendant ses deux années d'hypokhâgne et de khâgne dans un lycée de la banlieue parisienne, un jeune homme découvre avec stupéfaction les rouages d'un monde à part. Comme un enfant pris au piège, il cherche secrètement à rompre l'isolement. Un mot, un geste, un regard échangé avec Quentin, et c'est le début d'une amitié inavouable. Dans les couloirs des classes préparatoires, là où se forme l'élite de la nation, la souffrance est silencieuse. Un roman d'apprentissage, d'angoisse et de douleur, qui révèle le talent et le style remarquables d'un nouvel auteur.

--------------------------------------------------------------
L'Europe est mal partie, Stéphane Marchand (1986), Fayard

Stéphane Marchand, journaliste au Figaro, prend appui sur la question d'actualité du Traité Constitutionnel pour reproduire le résultat d'un tortueux voyage à l'intérieur de la machine à refaire l'Europe, offrant ainsi un décryptage de la débâcle du sommet de Nice, du chantier de la convention,des premiers pas de la commission Barroso. Pour l'auteur, l'issue est assez claire: freinée par une économie qui patine, toujours en quête d'un leader et d'une légitimité politique, soumises aux querelles d'une France en perte d'influence et d'un Royaume-Uni avançant ses pions, la future Europe ne peut trouver son salut que dans un système à plusieurs vitesses, une organisation articulée "en cercles concentriques ayant des diamètres différents mais partageant le même noyau", et dépourvu d'un acte fondateur qui ne sera sans doute pas l'actuelle Constitution soumise à la sanction des urnes.

--------------------------------------------------------------
Travailler pour être heureux, le bonheur et le travail en France, Christian Baudelot, Michel Gollac (1976) et alii, Fayard

Quand la sociologie décortique le bonheur pour comprendre en quoi le travail rend heureux ou malheureux, en quoi les conditions de travail ne sont pas les seuls facteurs à jouer, etc. Les auteurs nous livrent ici les résultats d’une enquête réalisée entre 1996 et 1999 au laboratoire de sciences sociales de l’Ecole normale supérieure, avec l’Insee et la Dares. Une présentation plus détaillée dans le prochain numéro de Variances.
Le ghetto français, Eric Maurin (1986), La république des idées

Le problème de la ségrégation urbaine en France ne se limite pas à quelques centaines de quartiers dévastés par l'échec et la pauvreté. A ce jeu, ce ne sont pas seulement des ouvriers qui fuient des chômeurs immigrés, mais aussi les salariés les plus aisés qui fuient les classes moyennes supérieures, les classes moyenne supérieures qui évitent les professions intermédiaires, les professions intermédiaires qui refusent de se mélanger avec les employés, etc. Tel est l'enseignement de cette enquête au coeur du "ghetto français", qui révèle une société marquée par la défiance et la recherche de l'entre-soi, et découvre en chacun de nous un complice plus ou moins actif de la ségrégation urbaine.

--------------------------------------------------------------
La raison du plus fort, collectif dont Michel Aglietta (1964), Patrick Artus (1975), Bernard Salzmann (1998), Robert Laffont

Dix économistes français, membres du Cercle des Économistes et grands connaisseurs du système américain, démontent les mécanismes de cette puissance protéiforme. Ils dressent l'état de santé de la situation économique et sociale américaine, en étudient les répercussions internationales et s'appliquent à faire tomber la multitude d'idées reçues qui brouillent encore notre perception du géant américain.

--------------------------------------------------------------
Modèles statistiques de la mesure d'audience des médias audiovisuels, Philippe Tassi (1972), Economica

Ce livre fonde la mesure d'audience des médias audiovisuels -télévision et radio- sur la mathématique statistique appliquée à des dispositifs d'observation des comportements du public. Cette branche de la science permet l'objectivité, la rigueur, la neutralité nécessaires aux acteurs du marché des médias. Cependant, le recours obligé à des outils parfois plus complexes que l'on s'imagine doit s'accompagner de la connaissance des modes d'emploi des résultats et d'une indispensable pédagogie de l'aléatoire. C'est à cet objectif que Philippe Tassi contribue : mieux faire comprendre la mesure d'audience radio et TV, dans son contexte scientifique, à tous ceux qui sont concernés par les médias, professionnels des études et analyses, bien sûr, mais aussi étudiants passionnés par les systèmes d'informations médias.

--------------------------------------------------------------
Politique économique, collectif, avec Benoît Coeuré (1992), De Boeck

Comment faire baisser le chômage ? L'objectif d'inflation de la banque centrale européenne est-il trop bas ? La dette publique est-elle excessive ? Vaut-il mieux un taux de change fixe ou flottant ? Quels impôts réformer ? Le niveau de vie européen peut-il rattraper celui des Américains ? Autant de questions qui font les débats de politique économique, autant de questions auxquelles l'analyse économique peut et doit apporter des réponses précises et argumentées. Cet ouvrage réunit dans un seul volume les faits essentiels, les principaux enseignements théoriques et l'analyse des débats actuels de politique économique. La démarche est d'abord méthodologique, puis thématique. Sans se départir de la rigueur scientifique, l'accent est mis sur l'utilisation pratique des outils de l'analyse économique.

--------------------------------------------------------------
Formation des taux d’intérêt : anomalies et croyances collectives, Marie Brière (1998), Economica

La formation des taux d’intérêt sur les marchés financiers est sujette à de nombreuses anomalies incompatibles avec l’analyse fondamentale : modifications brutales des prix, anticipations non rationnelles, instabilité des facteurs économiques qui influencent les cours, etc. Face à ce constat, différentes explications peuvent être invoquées. Les tenants de la finance comportementale défendent par exemple que les intervenants sur les marchés sont irrationnels.

L’ouvrage propose ici une piste différente : sans remettre en cause la rationalité des agents, il considère que dans un univers radicalement incertain, ceux-ci ne peuvent déterminer la valeur objective des actifs. Dans ces conditions, plusieurs prix d’équilibre sont possibles. Ils dépendent de ce que chacun anticipe rationnellement concernant les opinions des autres. Sur les marchés de taux, les banques centrales jouent un rôle prépondérant. Les marchés se focalisent en effet sur les variables économiques qu’elles mentionnent comme importantes, négligeant au passage d’autres informations qui pourraient être pertinentes. Cela leur permet de se coordonner à un moment donné sur une même représentation des mécanismes de formation des taux, perçue comme celle retenue par tous, et qui peut fluctuer dans le temps. Ces représentations peuvent être qualifiées de « collectives ».

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.